Archives du mot-clé appartement

Nos 12 clefs pour votre appartement sur le littoral espagnol

Avec la sortie de la crise immobilière depuis 2014, les appartements sur le littoral espagnol reviennent à la mode, surtout pour leur utilisation en résidence secondaire ou en location touristique.

 

I. Pourquoi un retour des investisseurs sur le littoral en Espagne ? 

Les premières années après la crise, l’investissement immobilier des ménages s’est concentré principalement dans le remplacement des logements : un propriétaire vendait son logement pour en acheter un autre qui correspondait plus à ses besoins actuels, et généralement la différence était payée par ses économies. Cela a duré jusqu’à la mi-2016.

Puis ont commencé les achats neufs et d’occasion dans les grandes capitales, comme Madrid ou Barcelone. Et c’est à ce moment-là aussi qu’a débuté l’intérêt pour les zones littorales reconnues et celles qui bénéficiaient de prix modérés. L’investissement sur la côte est d’abord le fait des acheteurs étrangers, suivis par les familles espagnoles. Le niveau d’endettement des ménages espagnols a considérablement diminué au cours de ces années et c’est aujourd’hui que la demande domestique est prête à investir dans la côte.

Les achats ont aussi été stimulés par le boom des locations touristiques impulsé par l’arrivée des plates-formes spécialisées, type Airbnb, en Espagne. L’offre locative touristique a ainsi triplé au cours des trois dernières années.

 

II. Quel est le meilleur investissement à réaliser ?

Le meilleur investissement sur le littoral est d’abord celui qui est destiné à profiter du logement acquis, trop souvent ces appartements ne sont occupés que quelques semaines par an. Il est vrai que la valorisation des actifs du littoral à long terme est assurée.

Dans le cas d’une résidence secondaire, un partage mixte, utilisation et  jouissance du bien par le propriétaire pendant une partie de l’année et  location touristique du logement pendant quelques mois, nous semble la formule la plus intéressante. Elle est à privilégier dans les zones où il y a une demande touristique importante et une faible saisonnalité.

 

III. Quels éléments doivent être pris en compte lors de l’achat ?

L’élément le plus important est l’emplacement. Comme le disent les Anglais, « location, location, location » (« emplacement, emplacement, emplacement »).

Ensuite l’accès si vous achetez un appartement comme résidence secondaire : combien de temps de trajet depuis votre résidence principale ? Y-a-t-il un aéroport à proximité et des fréquences aériennes suffisantes ? Avez-vous besoin d’un véhicule localement pour vous déplacer ?

Puis l’orientation de la maison : au sud, vue sur mer, mais aussi un espace frais pour l’été. Les points de vue et les environs sont également importants, ainsi que les infrastructures de la zone.

Faire une analyse du marché local, en particulier des prix, est obligatoire. Une première analyse peut être réalisée avec les sites immobiliers proposant des logements aux caractéristiques similaires. Des sociétés sont aussi spécialisées dans les évaluations du prix des logements.

Enfin, il est très important de connaître la situation de l’immeuble (dernière rénovation, travaux à réaliser, etc), les conditions et règles communautaires (dans le cas d’un appartement en copropriété) et les coûts d’entretien et de maintenance (électricité, eau, piscine, jardin, frais de copropriété, etc).

 

IV. Quelles sont les types d’appartements les plus appropriés pour investir ?

Les plus recherchés sont de petits appartements (entre 60 et 100 m2) avec deux ou trois chambres, deux salles de bains, une terrasse et une belle vue (une terrasse est un plus). Cela dépendra aussi de la zone et de l’utilisation. Il peut aussi s’agir d’un studio ou d’un appartement avec une chambre et salle de bain, les plus faciles à louer pour un usage touristique.

 

V. Que privilégier : l’appartement sans travaux ou à réformer ?

Si vous achetez un logement qu’il faut réformer, cela peut vous coûter moins cher, y compris en y rajoutant les coûts des travaux. Mais cela peut devenir aussi une prise de tête et prendre plus de temps que prévu. Il faut soit déléguer le suivi, soit suivre les travaux, soit les réaliser soi même, ce qui est difficile si on réside à l’étranger. Cela dépend principalement de votre budget initial et de votre disponibilité.

Avant de prendre la décision d’acquérir un appartement à rénover, vous devez absolument avoir une idée très précise de tous les travaux à réaliser pour éviter des surprises coûteuses en temps et en argent. Sinon les économies d’investissement, qui pouvaient être comprise entre 10% et 20%, peuvent se transformer très rapidement en … surcoûts !

Et un conseil, ne vous improvisez pas électricien, plombier ou carreleur !

 

VI. Peut-on investir plus dans sa résidence secondaire que dans sa résidence principale ?

Ces dernières années, de plus en plus de familles investissent plus dans leur résidence secondaire que dans leur résidence principale. A priori, cette décision ne semble avoir aucun sens, mais elle peut s’avérer juste dans certains cas. Par exemple, pour des personnes ou des familles qui pourraient commencer à passer plus de temps dans leur résidence secondaire dans un futur proche : c’est le cas des personnes proches de la retraite et/ou des professions libérales ou des auto-entrepreneurs qui, avec des enfants déjà adultes, souhaitent passer plus de temps sur le littoral, leur mode de vie leur permettant de travailler à distance de n’importe quel zone de résidence, et ceci grâce aux nouvelles technologies.

 

YII. Quelles seront les zones qui  se valoriseront le plus dans le futur ?

Les zones littorales les plus traditionnelles telles que la Costa del Sol, les îles Baléares et les îles Canaries ont été les premières à attirer les investisseurs et les prix y sont déjà élevés. Les autres zones littorales, Malaga, Cadix, Alicante, Murcie et Valence, ont le plus fort potentiel de croissance à court terme.

Mais en général, toutes les zones littorales espagnoles se valoriseront.

 

VIII. Est-il préférable de louer toute l’année ou seulement en été ?

La rentabilité est plus faible si vous louez toute l’année, mais le revenu est stable et sûr. La rentabilité peut augmenter si  votre appartement est loué à certaines périodes de l’année, en particulier pendant la saison estivale, les plates-formes de location touristique spécialisées ayant facilité les locations pour de courtes périodes. Mais attention aux frais de gestion et aux délais de nettoyage et de préparation des logements avant l’arrivée des nouveaux locataires.

Cela dépendra aussi de la législation de chaque communauté concernant les locations touristiques, du niveau de la demande et de l’offre en période estivale et de la saisonnalité de la zone.

 

IX. Quelle rentabilité peut-on obtenir avec ce type d’investissement ?

La rentabilité locative annuelle peut varier de 3% à 8%. À cela, se rajoute la rentabilité pour la valorisation de l’appartement qui peut doubler la rentabilité précédente !

 

X. Quel est le profil de l’acheteur qui investit sur le littoral ?

Il est d’abord espagnol, âgé de 35 à 55 ans et son appartement sur le littoral sera sa résidence principale.

Mais le nombre et le poids des étrangers ne cessent de croître : selon les statistiques notariales de 2016, avec 53.500 achats, les étrangers représentent plus de 13% des achats de logements en Espagne (6% en 2011), et plus de 20% dans les nombreuses zones littorales (9 étrangers sur 10 choisissent le soleil et la plage) : dans la Province d’Alicante, 43% des acquisitions immobilières sont faites par des étrangers, aux Canaries et aux Baléares, ils représentent plus du tiers des achats immobiliers… Des clients plutôt britanniques dans le sud, et plutôt français dans le nord, mais les autres nationalités sont aussi très présentes : Allemands (Baléares), Belges, Italiens, Suisses, Hollandais, Suédois, Russes, mais aussi Américains, Algériens, Marocains, etc

 

XI. Quelle est la meilleure façon d’investir ?

Les taux d’intérêt sont à des niveaux historiquement bas et donc les emprunts sont à privilégier. S’il s’agit d’un emprunt à long terme (au moins 10 ans), prenez une hypothèque à taux fixe et détaillez ces coûts fixes. Les banques sont plus strictes pour les concessions de prêts, mais si les exigences de solvabilité sont respectées, elles offrent jusqu’à 80% de la valeur d’achat ou d’évaluation du bien.

 

XII. Quel est le meilleur indicateur pour continuer à investir sur le littoral ?

Le meilleur indicateur est celui du volume d’achat et de vente des étrangers. Ce sont eux qui ont commencé à acheter lorsque les prix étaient bas, et ce sont eux qui arrêteront d’investir lorsque les prix seront hauts. Dans les statistiques d’achat et de vente par les étrangers, nous pouvons noter comment en 2006, juste avant la crise, leur nombre commence à diminuer puis, en 2009 et 2010, il se stabilise et il recommence à augmenter à partir de 2011.

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez nous un message privé sur notre page facebook espagnimmobilier

___________________________________

 

 

Publicités

C’est en Espagne que les prix immobiliers ont le plus baissé !

Alors qu’en  moyenne en Europe, entre 2008 et le 1er semestre 2016, les prix immobiliers (neuf et ancien confondus) ont légèrement progressé (+4 % sur une période de près de sept ans et demi), en Espagne, ils ont chuté de … 26% !

Selon une étude du Crédit Foncier, les pays qui ont connu les plus fortes hausses sont l’Allemagne (+29 %), le Royaume-Uni (+29 %) et la Belgique (+13 %). A l’inverse, les pays aux plus fortes baisses sont l’Espagne (-26 %) et la Pologne (-13 %).

evolution-des-prix-immobiliers-moyens-en-europe-de-2008-a-2016-1

L’Espagne a enregistré la plus forte baisse des prix de l’immobilier européen

L’évolution des prix de l’immobilier n’a pas été linéaire. En moyenne au niveau de l’Union européenne (UE), ils ont connu une baisse de 4 % entre 2008 et 2013 pour ensuite retrouver les niveaux d’avant crise en seulement deux ans et demi (+8,3 %).

En Espagne, la chute a été de 34% entre 2008 et 2013 pour remonter ensuite à partir de 2015. En 2016, l’Espagne enregistre la plus forte hausse de l’immobilier européen.

evolution-des-prix-immobiliers-moyens-en-europe-de-2008-a-2016-2

Une évolution des prix immobiliers qui n’est pas linéaire …

 

Cet article est la suite de l’article « Espagne record européen du gain du pouvoir d’achat immobilier.

Sources : Étude Crédit Foncier

Les News Immobilières de la Quinzaine (Nov. 2016 II)

Tous les 15 jours, nous vous présentons les informations les plus récentes sur l’Immobilier en Espagne.

Les achats immobiliers ont augmenté de 10,3% en septembre 2016

Selon le Conseil Général du Notariat espagnol (Consejo General del Notariado), le nombre de logements achetés a augmenté de 10,3% de septembre 2015 à septembre 2016, avec près de 35.000 unités. Bonne nouvelle pour les acheteurs, les prix au m2 ont diminué sur la même période de 3,5% à 1236 €.

Banco Popular prépare une société immobilière à 6 milliards € d’actifs

Banco Popular annonce pour mars 2017 la création d’une société immobilière (« Proyecto Sunrise ») d’une valeur de 6.000 millions d’euros en actifs immobiliers « improductifs », avec l’intention de l’introduire en bourse. 7 entités financières ont finalisé un pré-accord de financement du projet : Citigroup, Deutsche Bank, Crédit Suisse, Morgan Stanley et les fonds Apollo et Cerberus

Les soldes arrivent !

Sur la demande pressante de la Banque d’Espagne (voir La banque d’Espagne met la pression), les banques sont dans l’obligation de vendre chaque année 25% de leur parc immobilier actuel. Et cela entraîne des rabais importants qui devraient s’intensifier en 2017. Avec sa campagne Precios Boom!!, Haya Real Estate (qui regroupe 60.000 logements de Bankia, Cajamar et Sareb) annonce une remise de 40% sur 5300 logements jusqu’au 31 décembre. Casaktua (Banco Santander, Bankinter, Ibercaha, BMN) offre jusqu’à 70% de remise sur 2600 logements, avec un prix moyen de 67.000 €.

Une tornade d’acquisitions immobilières en 24 H !

Les investisseurs accélèrent dans le secteur immobilier espagnol en cette période de fin d’année. Cela explique les quatre opérations qui ont été signées en 24 heures et qui représentent un investissement total de plus de 800 millions d’euros : 6 centres commerciaux outlets achetés par la joint venture hispano-américaine Neinver/Tiaa, mais aussi un ensemble immobilier à Barcelone acquis par le fonds Invesco,  un immeuble de bureaux de Madrid par la socimi Axiare et un autre immeuble de Madrid par le family offices Alcazar.

Aucun risque de bulle immobilière selon les experts immobiliers espagnols

L’Association Professionnelle des Experts immobiliers (APEI) prévoit une nouvelle augmentation des prix en 2017 sans aucun risque de bulle immobilière. La demande en logements reste à un niveau très élevée et les faibles taux d’intérêts favorisent les achats, les mensualités de remboursement étant plus faibles que les prix des locations.

News de la 1ère quinzaine de Novembre 2016 : news-immobilieres-nov-2016-1

News de la 2nde quinzaine d’Octobre 2016 : news-immobilieres-oct-2016-2

revue-de-presse-immobilier-en-espagne

Où se vendent les grands et les petits logements en Espagne ?

La taille moyenne des logements achetés en Espagne a augmenté ces dernières années. Elle est passée de 104 m2 en moyenne en 2008 à 111 m2 en 2015. Mais, où vend-on les plus grands et les plus petits logements en Espagne ?

Le Conseil National des Notaires (Consejo Nacional del Notariado) publie des statistiques sur le prix moyen des ventes de logements, au niveau provincial et pour les municipalités de plus de 200.000 habitants (ou capitales provinciales).

L’analyse de ces données nous montre que les plus grands logements vendus sont à Alava dans le Pays Basque (182 m2 en moyenne) et Teruel en Aragon (169 m2).

Et les plus petits ? A Torrevieja près d’Alicante (70 m2), L’Hospitalet de Llobregat en banlieue sud de Barcelone (72 m2) et Barakaldo au Pays Basque (76 m2).

En général, les petits logements se vendent sur le littoral méditerranéen et dans les grandes villes, tandis que les grands logements se vendent dans l’intérieur et en milieu rural.

A Madrid, au début de la crise immobilière en Espagne en 2008, la superficie moyenne des logements était de 82 m2. Elle est aujourd’hui de 90 m2. Barcelone a suivi la même progression passant de 82 m2 en 2008 à 92 m2 en 2015.

La baisse des prix de l’immobilier en Espagne depuis 2008 (d’au minimum 30%) a permis, à partir de la reprise en 2013, aux ménages d’acquérir des surfaces plus importantes pour des prix moins élevés.

taille-logements-immobilier-espagne

L’Espagne, c’est la « France heureuse » : 9 conseils pour une installation réussie

L’Espagne, c’est la « France heureuse ». Soleil, joie de vivre, beauté des paysages, alcool et bonne bouffe font que, malgré la crise, on se porte bien au-delà des Pyrénées. Il est donc temps de faire ses valises et, de ne pas oublier le camembert, mais aussi de suivre ces quelques petits conseils pour vous installer dans votre nouveau logement en Espagne.

1. Choisir une région
Vous vous êtes décidé à lever le camp, mais vous ne savez pas encore où aller. Ben il va falloir vous décider, parce que l’Espagne, c’est « grand, divers et varié ». Plutôt le nord-est pour la pluie et les paysages similaires à la Bretagne, les grandes villes comme Barcelone, Madrid et Valence pour les possibilités profesionnelles et le côté cosmopolite, l’Andalousie, les Canaries ou les Baléares pour la douceur de vivre, les Castilles et l’Extrémadure pour l’Espagne profonde…

regions-espagnoles-immobilier-en-espagne

2. Régler les dernières formalités
En gros, on n’a pas grand-monde à qui dire qu’on s’en va : les impôts, la Sécu et la banque. Pour le reste, l’Europe étant l’Europe, ce n’est pas comme si vous partiez au Kazakhstan. Pour la santé, la Carte européenne d’assurance-maladie vous donnera le droit d’aller aux urgences.

3. Apprendre l’espagnol
Que vous ayez des souvenirs des cours de Mme Perez ou aucune idée, on part tous avec notre pauvre petit bagage linguistique. Et tout le monde se retrouve, au début, perdu dans une conversation entre plusieurs Espagnols, en se disant qu’ils pourraient au moins faire un effort. Ca prend bien six mois, voire un an pour les récalcitrants, pour parler aisément en espagnol, et si on n’a pas besoin de lire Don Quichotte en VO pour trouver un appart, un petit L’espagnol en 40 leçons, ça aide.

parler-espagnol-immobilier-en-espagne

4. Avoir un NIE et un numéro de Sécu
Un « Nieu » ? Non, un « Énéïé », un « Número de Identificación de Extranjero », parce qu’en Espagne, tout le monde a un numéro. Et ce numéro, présent sur la carte d’identité ou sur la carte de résident, sert à ouvrir un compte en banque, à demander la Sécu, à acheter ou louer une maison, à tout. Paraît que c’était toute une galère d’obtenir la fameuse carte, personnellement, j’ai téléchargé la demande par internet, j’ai attendu deux heures et on m’a donné une carte avec le numéro. Pour la Sécu, encore plus rapide, seuls un formulaire, une photocopie d’une pièce d’identité et le NIE sont demandés à la Tesoreria general de la seguridad social de votre quartier.

nie-bien-immobilier-en-espagne

5. Trouver un appart
Sachez donc que les logements, appartements ou villas, Barcelone et Madrid sont un peu plus chers aujourd’hui à la location qu’il y a quelques années. mais qu’en général, c’est quand même moins cher qu’en France. Moins de garanties à fournir également et la plupart du temps c’est meublé. L’opportunité actuellement, c’est encore l’achat immobilier avec un crédit bas et surtout des prix beaucoup moins élevés qu’en France, mais pour cela, nous vous conseillons de passer par un Conseil Personnel en Immobilier.

asesor-personal-inmobiliario-immobilier-en-espagne-2

6. S’adapter au rythme espagnol
En Espagne, on mange à 14h-15h, point. Pas de chipotages, on s’y fait très vite. N’espérez pas dîner avant 21h, vous verrez, même la télé s’y est adaptée. Pareil, on ne sort pas avant 22h, les boîtes de nuit sont vides avant 2h du mat’, mais ce qui est bien, c’est qu’on commence la journée de travail à 9h. Vous comprendrez tout cela quand vous subirez l’été espagnol, en gros quand il est impossible d’aller faire du shopping avant 17h.

7. Socialiser
Un Espagnol seul, ça n’existe pas. Vous verrez sûrement même beaucoup de gens sortir par groupes de dix. C’est dur de s’y faire quand on est Français. Et socialement, les gens qui sont critiques, râleurs ou qui disent ce qu’ils pensent sans arrondir les bords, c’est mal vu. On préfère largement les gens drôles, bavards, souriants et chaleureux, même si c’est un peu hypocrite. Avec au moins une de ces qualités, vous les ferez peut-être même aimer les Français (l’espoir fait vivre).

sortir-espagne-immobilier

8. Découvrir l’Espagne
Vous êtes installé, heureux dans votre petit appart et curieux de découvrir votre quartier. Reste maintenant à découvrir l’Espagne ! Si c’est l’une des principales destinations touristiques dans le monde, c’est qu’il y a pleins de raisons : La mosquée-cathédrale de Cordoue, l’Alhambra de Grenade, l’artistique Séville, la géniale Barcelone, la modernité de Valence, la beauté naturelle des Asturies et de Galice…

9. Chasser les idées reçues
Non, les Espagnols ne sont pas si petits, l’Espagne n’est pas un pays sous-développé et ça fait longtemps qu’on ne la parcoure plus à dos d’âne. Vous serez aussi étonné d’apprendre que, même si les traditions sont vivaces, l’Eglise catholique n’est pas si influente que cela. Bref, venez en Espagne la tête vide, sans a priori, et vous en apprendrez beaucoup plus sur ce peuple et ce pays géniaux.

alhambra-granada-immobilier-espagne

Au 1er semestre 2016, les Étrangers ont acheté 3 fois plus de logements en Espagne qu’en 2009 !

  • C’est la 6ème année de croissance continue du marché étranger qui a atteint près de 40.000 transactions immobilières au 1er semestre 2016, soit plus de 3 fois plus qu’au 1er semestre 2009 (12.115 transactions).
  • La croissance du marché étranger s’est faite en 2016 dans les 17 communautés autonomes, avec des croissances annuelles record de +94% en Cantabria, +60% en Extremadura, +58% en Navarra
  • En valeur absolue, c’est la Communauté Valencienne qui enregistre le plus de transactions par des étrangers avec 11.557 logements, et l’Andalousie avec 7.960. Ces deux régions regroupent la moitié des ventes de logements aux étrangers en Espagne. On retrouve aussi dans les premières positions, la Calalogne (5.732 transactions), les Canaries (4.695), les Baleares (2.804) et Madrid (2.766).
  • Le profil de l’acheteur étranger : 53 ans, marié, des enfants, haut niveau d’études, revenus élevés (> 66.000 € annuels)
  • Les étrangers ont de plus en plus d’importance dans le marché immobilier espagnol : ils représentent 18% du marché en 2016 contre 13% en 2006
  • Les premiers marchés étrangers sont la Grande Bretagne (21%), la France (9%), l’Allemagne (7%) puis la Belgique et la Suède(6%), l’Italie (5%) et la Chine (4%).

Source: Ministerio de Fomento

achat-de-logements-par-etrangers-immobilier-espagne-evolution

 

En 2016, les prix des logements en Espagne ont augmenté de 5,5% et le nombre de transactions de 9% !

En 2016, le nombre de logements vendus en Espagne va croître de plus de 9%, pour atteindre 419.000 opérations, tandis que les prix dans le secteur augmenteront de 5,5%, confirmant la reprise du marché du secteur immobilier en Espagne.

Anticipa Real Estate, une société spécialisée dans l’immobilier, a présenté lors du salon « Barcelona Meeting Point » une étude sur les perspectives du marché immobilier espagnol à horizon de 2018.

La croissance de l’activité immobilière est due au retour de la confiance des consommateurs, à la reprise de l’emploi et donc du revenu réel disponible des ménages, et à des taux d’intérêt avantageux.

En 2018 le nombre de transactions immobilières en Espagne devrait atteindre 480.000 unités, au-dessus des 454.000 transactions attendues pour 2017 et 419.000 en 2016. Nous sommes encore très loin de la période 2004-2006 où le nombre de transactions annuelles dépassaient les 800.000 !

En ce qui concerne les prix, les prévisions indiquent une augmentation de 5,5% pour cette année et une hausse de 6,8% en 2017. C’est donc la poursuite de la phase de récupération qui a commencé en 2014.

Avec ces augmentations prévues pour 2016 et 2017, l’augmentation cumulative depuis 2013 atteindrait environ 20%. Rappelons que les prix avaient baissé de près de 45% entre 2007 et 2013.

L’augmentation des prix, pour l’instant circonscrites aux grandes villes (Barcelone, Madrid) devraient s’étendre à tout le territoire espagnol.

Selon les auteurs de l’étude, la reprise est durable.