Archives du mot-clé barcelone

Immobilier Acheter en Espagne Articles Mai 2019

Acheter en Espagne : Articles de Mai 2019

Voici les résumés de 5 articles parus en mai 2019 dans notre nouveau site acheterenespagne.fr. Si vous voulez consulter un article, il vous suffit de cliquer sur le titre du résumé. Bonne lecture !

 

Les francophones pensent qu’on achète un logement en Espagne de la même manière que dans chacun de leurs pays respectifs. C’est une grosse erreur car les législations, les normes et les procédures d’acquisition lors d’un achat immobilier en Espagne sont très différentes… sans compter les arnaques ! Nous avons écrit il y a un an trois articles relatifs aux pièges à éviter avant, pendant et après un achat immobilier en Espagne. Avec plus de 100.000 vues, ils font partie de nos articles les plus lus. Nous vous présentons ci-dessous le sommaire de chacun et les liens vers ces articles dont la lecture est INDISPENSABLE si vous envisagez une acquisition en Espagne.

1. Les pièges à éviter avant un achat immobilier en Espagne

Sommaire

  1. Perdre son temps…
  2. Vouloir tout faire tout seul
    • Le rôle minime du notaire en Espagne
    • Le m2 espagnol est plus petit que le m2 francophone !
    • Une autre façon de fonctionner des agences immobilières
    • Des agences immobilières à « double commission » !
    • Un prix spécial « étrangers »
  3. Surestimer sa capacité financière avant l’achat
  4. Ne vous improvisez pas électricien, plombier ou carreleur !
  5. Ne pas penser à la revente… avant l’achat
  6. Visiter trop rapidement
  7. Méconnaître des situations particulières de l’immobilier espagnol
  8. Attendre trop longtemps pour se décider et pour faire une offre
  9. Principale erreur : se passer des services d’un conseiller immobilier francophone

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici  : Les pièges à éviter avant un achat immobilier en Espagne

2. Les pièges à éviter pendant un achat immobilier en Espagne

Sommaire

  1. Ne pas contrôler la situation du bien
    • En Espagne, l’acheteur est responsable du contrôle du bien pendant l’achat
    • La « Cédula de habitabilidad »
    • La « Nota simple informativa »
    • Le « Certificado energetico »
    • Reçus de paiement des impôts locaux, charges et factures
    • L’acte de vente précédent
    • Le « Certificado de aptitud » pour les biens de plus de 50 ans
    • L’état physique du bien
    • Et son environnement
    • Okupas : danger !
    • Vérifiez la santé financière du promoteur dans le neuf
  2. Ne pas signer de contrat précis pour le “Paga y señal”
  3. Ne pas avoir de financement avant le contrat de compromis de vente
  4. Sous-estimer la durée d’obtention du NIE
  5. Ne pas avoir de compte-courant en Espagne
  6. Faire l’erreur de prendre un prêt à taux variable
  7. Se laisser imposer une assurance-vie hors de prix pendant l’achat
  8. Se laisser imposer le notaire
  9. Ne pas étudier le contrat de vente et le prêt bancaire
  10. L’erreur de payer 100% du bien à un vendeur résidant à l’étranger
  11. Oublier les clefs lors de l’acte d’achat notarié
  12. Ne pas faire appel à un professionnel pendant l’achat

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici  : Les pièges à éviter pendant un achat immobilier en Espagne

3. Les pièges à éviter après un achat immobilier en Espagne

Sommaire

  1. Des travaux incontrôlables qui n’en finissent plus
  2. Souscrire une assurance trop élevée
  3. Ne pas assister aux réunions de copropriétaires
  4. Gérer ses impôts fonciers depuis l’étranger, difficile mais possible
  5. Après l’achat, « oublier » de payer son impôt sur le revenu en Espagne
  6. Et l’impôt sur le Patrimoine ?
  7. « Oublier » les impôts provenant des revenus locatifs espagnols dans son pays d’origine !
  8. Croire qu’il est facile de faire des locations touristiques
  9. La revente peut coûter cher !
  10. Ne pas avoir de liens locaux

Pour lire l’intégralité de l’article, cliquez ici  : Les pièges à éviter après un achat immobilier en Espagne

 

Comment calculer le montant de l’impôt national sur la plus-value immobilière en Espagne ? Une question que se posent tous les francophones qui veulent vendre leur villa ou leur appartement en Espagne. Si vous êtes résident ou non, si ce logement est votre résidence principale ou non, si vous avez plus ou moins de 65 ans, vous ne paierez pas le même impôt. Calculez votre impôt national sur la plus-value immobilière avec nos informations et notre outil de calcul exclusif.

 

Plus que n’importe quelle autre région d’Espagne, l’Andalousie regorge de trésors, architecturaux, culturels, gastronomiques, ou naturels. Et si vous vous offriez l’un de ses trésors immobiliers ! C’est ce que nous vous proposons l’espace d’un instant dans cet article en admirant ces deux magnifiques propriétés andalouses à la vente : un majestueux Monastère du 16ème siècle et une propriété viticole exceptionnelle.

 

Découvrez dans cet article les huit principales mesures de la nouvelle loi sur les hypothèques en Espagne, qui garantit plus de protection pour l’emprunteur. Après sa publication au Bulletin Officiel (BOE) le 16 mars 2019, la nouvelle loi sur les hypothèques entrera en application le 16 juin 2019. Parmi les nouveautés, une nouvelle répartition des charges entre la banque et l’emprunteur, la réduction des intérêts pour retard de paiement ou amortissement anticipé, et l’augmentation du nombre de mois de défaut avant l’exécution d’une saisie.

 

Découvrir dans cet article les News Exclusives du blog « Acheter en Espagne » du mois de Mai 2019. Au sommaire :

  • Les prix vont flamber à Malaga et Valence
  • 150% d’amende pour les loyers touristiques non déclarés en 2018 !
  • 54% des logements sont payés cash
  • Les propriétés rurales ont la cote
  • Les sociétés de « tasacion » ont facturé plus de 300 millions d’euros en 2018
  • Conséquence de la victoire du PSOE sur la politique du logement en Espagne
  • L’hypothèque inversée, appelée à se développer
  • Développement des agences proptech
  • 47 nouvelles résidences étudiantes en 3 ans
  • Confidentiel Express – News de Mai 2019

Vous pouvez retrouver l’intégralité de ces articles

sur notre nouveau site acheterenespagne.fr

Acheter en Espagne au meilleur prix

en toute tranquillité et en toute sécurité.

Faites appel à un conseiller immobilier francophone.

___________________________________

Vous voulez acheter un appartement ou une villa en Espagne pour y habiter, en faire votre résidence secondaire, ou réaliser un investissement locatif. Nous pouvons vous aider et vous conseiller, contactez-nous :

par mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou encore remplissez le formulaire en bas de page.

Nous vous contacterons pour vous donner les meilleurs conseils et nous trouverons ensemble la villa ou l’appartement qui correspond à vos souhaits.

___________________________________

 

Acheter en Espagne Articles Janvier et Février 2019

Acheter en Espagne : Articles de Janvier et Février 2019

Ci-dessous un résumé des 9 articles de janvier et février 2019 de notre nouveau site acheterenespagne.fr. Si vous voulez consulter l’article, il vous suffit de cliquer sur le titre. 

Votre appartement est sombre, il manque de luminosité et ça déteint sur vous. Si vous voulez savoir comment ramener la lumière chez vous, notre article « 15 astuces simples pour améliorer la lumière naturelle dans votre logement » est fait pour vous !

Acheter en Andalousie, c’est le rêve de nombreux francophones qui souhaitent investir dans l’immobilier en Espagne. Découvrez Grenade, une ville chargée d’histoire, son magnifique Palais de l’Alhambra et… ses tout petits prix immobiliers !

Vous voulez louer votre appartement ou votre villa, ou vous souhaitez faire un investissement locatif en Espagne. Alors vous avez trois options : la location traditionnelle de 3 ans, la location temporaire et la location touristique. Laquelle est la plus adaptée à votre situation ? Quelles sont les différences contractuelles et fiscales entre ces trois options locatives ?

Le sommaire :

. L’immobilier européen (et espagnol) à un niveau record en 2018

. Retour à la hausse des prix à Madrid et… à Barcelone

. Annulation du Décret-Loi sur les locations de Décembre 2018 !

. La Commission Européenne veut réformer le « Golden Visa »

. Les promoteurs construisent toujours plus !

. Le chômage est au plus bas depuis 10 ans

. Barcelone va découvrir le « co-living »

. Warren Buffet ouvrira 150 agences immobilières en Espagne

. L’Espagne monte à Bruxelles

Le temps des revenus des locations touristiques non déclarées est révolu en Espagne. Même si vous faites une seule location touristique sur l’année, vous êtes tenu de faire quatre déclarations trimestrielles aux services fiscaux si vous êtes non-résident en Espagne, et de déclarer ces revenus à l’IRPF si vous êtes résident. Des dizaines de milliers de propriétaires étrangers en Espagne sont concernés, et parmi eux plus de 10.000 francophones.

Vous avez le projet d’acheter en Espagne, un appartement ou une villa. Vous voulez en faire votre résidence principale, un pied-à-terre ou votre résidence secondaire. Ou encore vous voulez réaliser un investissement locatif. Mais vous n’avez pas le temps, vous n’êtes pas sur place, vous ne parlez pas espagnol ou vous souhaitez simplement passer par un intermédiaire professionnel afin de garantir vos intérêts. Nous pouvons devenir votre Conseiller Immobilier. Le professionnel de l’immobilier francophone en Espagne qui vous simplifiera toutes les démarches administratives, juridiques, techniques, financières et fiscales. Votre partenaire qui vous fera gagner du temps et de l’argent !

Découvrez notre nouvel article, le Guide 2019 de l’Immobilier en Espagne. Tout ce que vous avez toujours voulu savoir sur l’Immobilier en Espagne. Un moyen très simple et très rapide d’accéder à nos 130 articles.

Le sommaire :

. Prix à l’achat stables à Madrid et à Barcelone

. C’est la banque qui paiera l’AJD

. Le Gouvernement espagnol envisage de plafonner les loyers en 2019

. Construction en Espagne : +4% en 2019 selon la Commission européenne

. Corte Ingles : 1,5 milliards d’Euros d’actifs immobiliers à vendre

. 18,75 milliards d’investissements immobiliers en 2018

. Une annonce en… cm2

. En bref

. Confidentiel des news de Janvier 2019

Toutes les villes espagnoles rivalisent de beauté et  d’imagination avec leurs décorations et illuminations pour les fêtes de fin d’année. Nous vous offrons un panorama des décorations de fin d’année dans les six principales villes d’Espagne : Madrid, Barcelone, Valence, Séville, Bilbao et Malaga. Et une surprise au final de l’article.

 

Vous retrouvez tous ces articles sur notre nouveau site acheterenespagne.fr

 

Notre métier de Conseiller Immobilier francophone en Espagne

Conseiller Immobilier, à votre service

___________________________________

Vous voulez acheter un appartement ou une villa en Espagne pour y habiter, en faire votre résidence secondaire, ou réaliser un investissement locatif. Nous pouvons vous aider et vous conseiller, contactez-nous :

par mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou encore remplissez le formulaire en bas de page

Nous entrerons en contact avec vous pour vous donner les meilleurs conseils et trouver la villa ou l’appartement qui correspond à vos souhaits.

___________________________________

 

 

Acheter à Barcelone : 4 Produits Uniques

Ce mois-ci, « Acheter en Espagne » vous présente quatre appartements « haut de gamme » aux caractéristiques uniques à Barcelone. Un très grand et un petit appartement à Turo Park, le quartier chic de Barcelone, un magnifique duplex penthouse à Pedralbes, le quartier du Lycée Français, et un appartement entièrement rénové dans le Gotic, la vieille ville de Barcelone.

Acheter à Barcelone, une bonne opportunité avant la hausse de prix !

 

ACHETER À BARCELONE : POURQUOI MAINTENANT ?

Plusieurs raisons pour acheter à Barcelone

 

Si vous voulez lire la suite et l’intégralité de cet article,

cliquez sur le lien suivant :

Acheter à Barcelone, 4 produits uniques

Au sommaire :

  • Acheter à Barcelone, pourquoi maintenant ?
  • Barnes, une référence du monde de l’immobilier haut de gamme international
  • Très grand appartement prêt à emménager à Turo Park
  • « Petit » appartement rénové à Turo Park
  • Grand penthouse duplex à proximité du Lycée Français
  • Magnifique appartement dans la vieille ville de Barcelone
  • Les autres produits du mois

 

Depuis le 1er septembre 2018, nous avons déplacé

notre blog à une nouvelle adresse acheterenespagne.fr.

Avantages : une adresse simple, une présentation plus agréable, zéro publicité et un menu plus complet.

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires. Depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

3 moyens pour le faire :

1. envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

2. ou rédigez un message privé sur notre page facebook espagnimmobilier

3. ou remplissez le formulaire ci-dessous

___________________________________

crise en catalogne-immobilier-acheter en espagne

Acheter à Barcelone… et la Crise en Catalogne ?

Un an après les événements politiques catalans, l’économie de la Catalogne est paralysée : les plus grandes entreprises ont déplacé leurs sièges sociaux, les investisseurs étrangers ont abandonné la région, l’économie donne les premiers signes de récession, la fréquentation touristique est en baisse, le secteur immobilier est déprimé surtout dans le haut de gamme. Et pourtant dans le reste de l’Espagne, l’économie et, en particulier, l’immobilier se portent bien.

Depuis le 1er septembre, nous avons déplacé notre blog à une nouvelle adresse acheterenespagne.fr.

Avantages : une adresse simple, zéro publicité et un menu plus complet.

 

Si vous voulez lire la suite et l’intégralité de cet article, cliquez sur le lien suivant :

Acheter à Barcelone… et la Crise en Catalogne

 

Pour recevoir nos nouveaux articles, nous vous conseillons de vous abonner à notre nouveau blog http://acheterenespagne.fr/. C’est très simple :

  • Depuis un ordinateur fixe ou un portable
    • rendez-vous sur le site http://acheterenespagne.fr/
    • dans la colonne de droite, vous voyez : « ABONNEZ-VOUS A CE BLOG PAR E-MAIL »
    • saisissez votre adresse e-mail et cliquez sur « abonnez-vous »
    • voilà c’est fait, vous recevrez une confirmation pour validation
  • Depuis un mobile, un smartphone ou une tablette
    • rendez-vous sur le site http://acheterenespagne.fr/
    • cliquez sur le premier article (cette semaine, c’est « Acheter à Barcelone… et la Crise en Catalogne»)
    • à la fin de l’article, vous verrez la mention « ABONNEZ-VOUS A CE BLOG PAR E-MAIL »
    • saisissez votre adresse e-mail et cliquez sur « abonnez-vous »
    • voilà c’est fait, vous recevrez une confirmation pour validation

Merci d’avance pour votre confiance.

 

Extraits de l’article sur la nouvelle page acheterenespagne.fr.

Page acheterenespagne acheter en espagne crise en catalogne

Page acheterenespagne 2 acheter en espagne crise en catalogne

acheter en espagne crise en catalogne

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires. Depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou remplissez le formulaire ci-dessous

___________________________________

 

 

 

Local en logement acheter immobilier en espagne

Transformer un local commercial en logement, c’est possible

Acheter en Espagne dans le centre des grandes villes comme Barcelone ou Madrid est encore une bonne idée, mais les prix sont souvent élevés. Et donc pourquoi ne pas acheter un local commercial pour le transformer en logement ? Avantages : c’est souvent moins cher à l’achat,  de 20 à 30% en moyenne, et vous pouvez aménager votre espace. Inconvénients : la procédure technique et administrative est longue et complexe, et les travaux peuvent être conséquents.  Alors bientôt le loft de vos rêves ?

Dans les grandes villes espagnoles, notamment à Madrid et à Barcelone, de plus en plus de locaux commerciaux localisés au rez-de-chaussée se transforment en logements : à Barcelone, la municipalité a dénombré 78.000 locaux en rez-de-chaussée dont seulement 3000 sont des logements. Et l’association des commerçants y recense… 8000 locaux commerciaux vides ! Par ailleurs, il est probable que les ventes en ligne aient raison de plusieurs milliers de commerces chaque année. Mais un local commercial ne peut pas devenir un logement si les autorisations administratives n’ont pas été obtenues.

Habiter un local commercial peut créer des problèmes

Si vous décidez de résider dans un local commercial, vous rencontrerez ces problèmes :

  • Vous ne pourrez pas vous enregistrer à cette adresse à la Mairie (« empadronamiento »), ce qui compliquera voir invalidera les autres procédures (NIE, banque, sécurité sociale, consulat, etc.)
  • Ensuite, les services d’électricité, d’eau et de gaz seront très difficiles à obtenir car, comme il s’agit d’un local professionnel, vous devrez présenter votre licence d’exploitation
  • Vous n’aurez pas aussi d’autorisation d’habitation (« cedula de habitabilidad »), et donc vous ne pourrez louer cet espace comme habitation
  • Enfin, vous ne pourrez pas avoir d’assurance habitation, conséquence : tous les dommages subis par les personnes et les biens seront de votre responsabilité

Pour résoudre ces problèmes, il faut transformer ce local en logement, et donc demander un changement d’utilisation du lieu.

Local en logement acheter immobilier en espagne

 

Un nouveau logement

Dans la pratique, la transformation d’un local en logement suit les mêmes règles qu’un nouveau logement. D’abord faire une demande de changement d’utilisation et de permis de construire, puis obtenir une autorisation de première utilisation.

Un architecte est souvent nécessaire pour mener à bien ce projet (compter entre 1000 et 4000 euros selon le projet).

Facteurs invalidant le changement d’utilisation

Le nouveau logement doit être conforme au CTE (« Código Técnico de la Edificación », c’est-à-dire les obligations techniques de construction) et aux règlements d’urbanisme de la municipalité et de la communauté autonome. Les obstacles les plus courants sont l’impossibilité de se conformer au CTE ou aux règlements d’urbanisme (par exemple la limitation du nombre de logements à l’hectare ou l’interdiction de logements en rez-de-chaussée), pour des raisons d’accessibilité (notamment pour les handicapés), de  salubrité, de ventilation ou d’éclairage minimal …

La loi permet de transformer un local en logement sous certaines conditions

En octobre 2013, la Cour suprême a confirmé le droit de tout propriétaire d’un logement ou d’un local de les utiliser comme il le jugeait le plus approprié, à moins que le changement ne soit expressément interdit ou limité dans les statuts de la copropriété.

Pour effectuer un changement d’utilisation, il faut prouver qu’il n’affecte pas la  structure ou les éléments communs du bâtiment.

Avant tout projet d’achat d’un local pour le transformer en logement, vous devez donc faire réaliser une étude de faisabilité. Ceci pour vous assurer que ce local est transformable (durée : environ 1 mois).

Notre conseil :

  • Faites d’abord une « Consulta Urbanística Común » (Consultation urbanistique rapide) à la Mairie pour savoir si, administrativement, le local est transformable.
  • Puis aller voir les statuts de la copropriété s’il n’y a pas d’impossibilité ou de limitation
  • Si les deux démarches précédentes sont validées, faites ensuite l’étude technique de faisabilité.

 

Un processus long et laborieux

Le processus de demande de changement d’utilisation est long et complexe :

  • d’abord déposer un dossier technique en Mairie* et attendre l’autorisation municipale – en moyenne 3 mois ou 4 mois -,
  • ensuite réaliser les travaux en accord avec le dossier technique et éventuellement les remarques des services techniques de la Mairie,
  • obtenir le certificat de fin de travaux,
  • puis se rendre chez le notaire pour rédiger un acte de changement d’utilisation (« escritura nueva »),
  • évidemment, enregistrer cet acte au registre de la propriété,
  • et faire une déclaration de modification de la valeur cadastrale auprès de la Gerencia Territorial del Catastro
  • enfin obtenir l’autorisation d’habitabilité (« cédula de habitabilidad ») auprès d’une Oficina de la Vivienda
  • et finalement retourner à la mairie avec le certificat de fin de travaux, la cédula de habitabilidad, la déclaration de modification de la valeur cadastrale et l’escritura enregistrée pour obtenir enfin le permis de première occupation.

*A noter que l’instruction du dossier en mairie est payante. Tous les autres actes aussi. Au total de 2000 à 6000 € selon  le dossier.

Il faut compter au minimum 6 mois et souvent 12 mois pour mener à bien un projet de transformation. Et il vaut mieux se faire accompagner.

Local en logement acheter immobilier en espagne

 

Quelles sont les exigences pour un changement d’utilisation ?

Le local transformé en logement doit satisfaire à certaines exigences et conditions d’habitabilité établies par les règlements d’urbanisme en vigueur. Ces obligations paraissent simples mais elles ne le sont pas surtout en ce qui concerne les surfaces minimum de lumière naturelle et de ventilation.

Des surfaces minimum

Le futur logement doit avoir au minimum :

  • une surface utile de 25 m2 si il s’agit d’un studio,
  • une surface utile de 38 m2 dans les autres cas avec au minimum une chambre, un salon, une cuisine et des toilettes (40 m2 à Barcelone)

Dans la quasi-totalité des cas, les surfaces des locaux à transformer sont largement supérieures. Les surfaces ne sont donc pas des critères disqualifiants.

Des règles municipales

Ce sont les règlements des mairies et des communautés autonomes qui imposent les critères les plus contraignants. La municipalité de Madrid, par exemple, demande les conditions suivantes* dans son PGOUM (« Plan General de Ordenación Urbanística de Madrid ») :

  • Aucun logement ne peut avoir de pièces habitables (chambres, salon ou cuisine) en-dessous du niveau du sol. Le sol de la maison doit toujours au-dessus du trottoir : dans le cas d’un logement dans une rue en pente, c’est le point le plus élevé du trottoir qui est pris en compte.
  • Il ne peut pas y avoir de de pièces habitables (chambre à coucher, salon ou cuisine) aux étages inférieurs au rez-de-chaussée (en cave ou en sous-sol).
  • La façade doit avoir une longueur supérieure à 3 mètres.
  • Il doit y avoir au minimum un salon d’une superficie utile supérieure à 12 mètres carrés.
  • Il doit être possible d’inscrire un cercle d’un diamètre égal ou supérieur à 2,70 mètres, tangent au mur sur lequel se trouve la source de lumière et de ventilation.
  • La cuisine doit être équipée d’une cheminée ou d’une hotte aspirante avec évacuation à l’extérieur.
  • La hauteur minimum du logement est de 2,50 mètres sur au moins 75% de sa surface utile ; elle peut être réduite à 2,20 mètres pour le reste.
  • La porte d’accès doit avoir au minimum 2,03 mètres de hauteur et 0,83 mètres de largeur.
  • Les portes entre les pièces doivent avoir aussi au minimum 2,03 mètres de hauteur et 0,63 mètres pour celle des toilettes et 0,73 mètres pour les autres.
  • Chaque pièce habitable doit avoir une surface d’éclairage naturel (fenêtres, verrière, baie vitrée) d’au moins 12% de sa surface utile.
  • Chaque pièce habitable doit avoir une surface à des fins de ventilation naturelle directe d’au moins 8% de sa surface utile.
  • Les salles de bain et toilettes doivent disposer d’un système d’extraction forcée.
  • Enfin, les conditions d’accessibilité et de sécurité en matière de prévention des incendies doivent être respectées.

*Les conditions sont peu différentes à Barcelone

Notre astuce pour pallier aux contraintes de surfaces minimum de lumière naturelle et de ventilation : faites de grands espaces !

Local en logement acheter immobilier en espagne

Et si la transformation du local commercial en logement ne peut pas se faire, pourquoi ne pas le transformer… en bureaux, ce qui est beaucoup plus facile et très rentable 🙂

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires. Depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou remplissez le formulaire ci-dessous

___________________________________

Le Monde logo acheter immobilier en Espagne

En immobilier, le match Madrid – Barcelone tourne à l’avantage de la capitale

Les 15, 16 et 17 août, le quotidien « Le Monde » a publié une série de 3 articles sur l’immobilier en Espagne. Notre nouveau blog Acheter en Espagne est cité dans chacun de ces articles. Nous vous présentons ici le second article traitant de l’immobilier à Madrid et à Barcelone.

Le Monde est le quotidien de référence en langue française. Le premier article traite de l’immobilier sur le littoral méditerranéen (nous l’avons publié le 22 août), le second de l’immobilier à Madrid et à Barcelone et le troisième de ce qu’il faut savoir pour acheter en Espagne (nous le publierons le 24 août).

 

En immobilier, le match Madrid – Barcelone tourne à l’avantage de la capitale

Source : Le Monde du 16 août 2018 – Par Jérôme Porier

Si les deux métropoles sont les plus chères d’Espagne, la crise politique refroidit les acheteurs en Catalogne (2/3).

La Catalogne est, de loin, le terrain de chasse favori des acheteurs français en Espagne. Au second semestre 2017, 43 % des logements achetés par les étrangers non-résidents dans cette région l’ont été par des Français ! Entre 70 000 et 80 000 de nos compatriotes résideraient à Barcelone.

Mais la crise politique catalane pèse sur le marché immobilier. Les investisseurs ont commencé à prendre peur après le référendum illégal du 1er octobre 2017. La déclaration unilatérale d’indépendance a provoqué une reprise en main musclée des institutions catalanes par le gouvernement espagnol. Au premier trimestre 2018, le volume des investissements étrangers s’est effondré de 62 % en Catalogne, pendant qu’il bondissait de 81 % à Madrid. Bien sûr, les prix de vente dans la région s’en ressentent, et en particulier à Barcelone.

Actuellement, le mètre carré tourne en moyenne autour de 5 000-7 000 euros dans les quartiers les plus chers de la capitale catalane, dans la partie haute de la ville, où se situent les jardins du Turó Park et les quartiers Sarrià, Galvany, Tres Torres et Pedralbes. « Ce dernier est le préféré des Français qui ont des enfants en âge scolaire car il abrite le lycée français de Barcelone », glisse Emmanuel Virgoulay, représentant du réseau Barnes en Espagne.

« Si l’hypercentre est cher, il est possible de dénicher des opportunités intéressantes dans certains quartiers périphériques comme Sant Andreu, à l’Est de la ville, où le mètre carré ne dépasse pas 3 000 euros, soit 30 % de moins qu’en 2007 », suggère Patrick Crosset, fondateur du site acheterenespagne.fr.

Tant que la situation politique catalane ne sera pas clarifiée, la demande risque de demeurer atone en Catalogne et les prix immobiliers devraient stagner en 2018. « Aujourd’hui, ce sont les acheteurs qui fixent les prix à Barcelone et non plus les vendeurs », assure M. Crosset.

Effervescence madrilène

Même si les activités de Airbnb et consors sont désormais très encadrées et très limitées à Barcelone, beaucoup de propriétaires continuent de louer illégalement leur logement à des touristes pour de courtes durées. Ceux qui optent pour la location de longue durée peuvent viser un rendement compris entre 3 % et 5 %.

Malgré la crise politique, les prix sont cependant loin d’être bradés dans le haut de gamme en Catalogne. « Pour acheter une belle maison de 250 mètres carrés avec piscine et jardin à moins de 10 km des côtes, il faut compter 600 000 euros, et à partir d’un million avec vue sur la mer », déclare M. Virgoulay.

Cette situation bénéficie aux villes du littoral méditerranéen, Valence et Malaga en tête, et bien sûr à Madrid, qui récupèrent une partie de la clientèle étrangère potentielle de Barcelone. Dans la capitale, les prix ont bondi de 17,1 % en 2017. Une effervescence qui laisse de marbre les acheteurs français : Madrid les intéresse peu en raison de la dureté du climat, glacial l’hiver et étouffant l’été, et de l’éloignement de la mer.

Afflux d’acheteurs venus d’Amérique du Sud

Dans les quartiers les plus chers de la capitale espagnole, le prix du mètre carré peut monter jusqu’à 8 000 euros. Depuis quatre ans, les prix flambent sans discontinuer. En 2017, les quatre quartiers de l’hyper-centre ont de nouveau connu des hausses spectaculaires : Centro (+21,1 %), Retiro (+17,6 %), Arganzuela (+15,6 %) et Salamanca (+17,6 %). Dans ce dernier, c’est l’afflux d’acheteurs venus d’Amérique du Sud qui dope la demande.

« Les biens haut de gamme se vendent surtout à des acquéreurs d’Amérique latine, du Venezuela, de Colombie et du Mexique. L’une de nos ventes a atteint le niveau record de 13 700 euros le mètre carré en 2017 », confie Juan-Galo Maciá, responsable du réseau Engel & Völkers en Espagne. Fuyant leur pays qui s’enfonce dans la crise, de nombreuses familles de riches vénézuéliens s’installent à Salamanca.

Plusieurs centaines d’appartements à plus d’un million d’euros ont ainsi été acquis par des ressortissants vénézuéliens dans cette zone qui longe le Parc du Retiro. Nombre de spécialistes estiment qu’une bulle immobilière est en train de se former sur le marché madrilène, qui est quasiment revenu à ses niveaux de 2007, et même plus de 10 % au-delà dans les quartiers centraux (Salamanca, Centro, Retiro).

Après Barcelone, Valence et Palma de Majorque, la mairie de Madrid a présenté en mai un plan pour lutter contre la prolifération des meublés touristiques du type Airbnb. Les appartements ne pourront pas être loués plus de quatre-vingt-dix jours par an, et un immeuble ne pourra plus être dédié entièrement à la location, à moins de posséder une licence hôtelière. Dans le centre, les touristes devront emprunter une entrée différente de celles des occupants de l’immeuble. De quoi freiner considérablement ce type d’activité. Et relancer l’intérêt de la location de longue durée.

A elles seules, Madrid et la Catalogne représentent 43 % du marché locatif espagnol. Réaliser un investissement locatif en Espagne est généralement plus rentable qu’en France. A Madrid et Barcelone, le rendement locatif brut de l’immobilier ressort à respectivement 5,7 % et 5,6 % selon Invermax. Depuis quatre ans, le prix des loyers augmente fortement dans ces deux régions. Ce sont d’ailleurs celles où les loyers ont le plus progressé en 2017 : +17 % en Catalogne (prix du m2 loué : 11,85 euros) et +12 % à Madrid (11,22 euros/m2).

En Espagne , les taux des impôts à l’achat varient selon les communautés autonomes. A valeur égale d’achat, un logement dans l’ancien coûtera au final 4,75 % moins cher à Madrid qu’à Barcelone, et ce à cause des impôts à payer sur la valeur du bien acquis. L’impôt sur le transfert de propriété (« Impuesto de Transmisiones Patrimoniales » ou ITP) coûte 10 % à Barcelone et 6 % à Madrid, tandis que la taxe sur la documentation juridique (« Impuesto sobre Actos Jurídicos Documentados » ou IAJD) coûte 1,5 % à Barcelone et 0,75 % à Madrid. Là aussi, le match tourne à l’avantage de Madrid !

Louer est rentable en Espagne

Un investissement locatif est généralement plus rentable en Espagne qu’en France, car les prix d’acquisition sont inférieurs, les charges moins élevées et les loyers sont moins taxés, notamment parce que la plupart des charges peuvent être déduites des revenus locatifs. Les dépenses admises en déduction sont notamment les intérêts des emprunts, les travaux, les impôts locaux, les primes d’assurance, l’amortissement du bien (égal à 3% du montant le plus élevé entre le prix d’acquisition et la valeur cadastrale). Par ailleurs, il existe aussi un abattement de 40 % en cas de location sur une durée supérieure à deux ans. A savoir : les loyers sont taxés à 19 % et les plus-values immobilières à 19 % pour les non-résidents, des taux actualisés chaque année.


Si vous souhaitez plus d’informations sur l’immobilier à Madrid et Barcelone…

Vous pouvez consultez nos dossiers sur Madrid et Barcelone.

Madrid

Madrid, la capitale espagnole attire tout type d’investisseurs :

Les plus beaux monuments de Madrid

Rentabilité du locatif à plus de … 10% à Madrid et Barcelone

Pourquoi les loyers augmentent de plus de 10% en Espagne ?

Les Trésors Architecturaux Espagnols

Le Rêve a un Prix ! Villas de Luxe à la Vente en Espagne

Les Français au Nord, les Anglais au Sud et à l’Ouest, les Allemands aux Baléares

15 Villes concentrent le quart des ventes de l’immobilier espagnol

Rendez-vous au Salon International de l’Immobilier de Madrid (SIMA)

Barcelone

Barcelone, la capitale catalane est la destination favorite des francophones.

La Crise Immobilière en Catalogne est bien là ! Vive Tabarnia !

Crise en Catalogne : les prix de l’immobilier de luxe en baisse de 20% à Barcelone ?

Crise en Catalogne : quel impact sur l’immobilier ?

Les plus beaux monuments de Barcelone

SCOOP : les prix immobiliers en baisse à Barcelone

Rentabilité du locatif à plus de … 10% à Madrid et Barcelone

Pourquoi les loyers augmentent de plus de 10% en Espagne ?

Investir dans l’Immobilier à Barcelone, un choix d’avenir

Les Trésors Architecturaux Espagnols

L’inévitable gentrification* de Barcelone et ses conséquences immobilières

Le Rêve a un Prix ! Villas de Luxe à la Vente en Espagne

Les Français au Nord, les Anglais au Sud et à l’Ouest, les Allemands aux Baléares

Acheter pour Louer, un excellent placement à Barcelone

Immoscopia : le rendez-vous de l’immobilier européen à Barcelone les 18 et 19 octobre

Les prix de l’immobilier ont augmenté de 8,8% à Barcelone !

15 Villes concentrent le quart des ventes de l’immobilier espagnol

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

3 moyens pour le faire :

1. envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

2. ou rédigez un message privé sur notre page facebook espagnimmobilier

3. ou remplissez le formulaire ci-dessous

___________________________________

Locations Touristiques en Espagne : marche arrière toute !

Vous envisagez d’acheter en Espagne et de destiner votre logement à du locatif touristique. Ce secteur évolue vers une réglementation restrictive, et ce dans toutes les villes d’Espagne, Madrid, Barcelone, Valence, Palma, Malaga, Séville, Bilbao, etc. Petit tour d’Espagne des mesures prises par les municipalités pour réguler le phénomène des « pisos turisticos ».

 

Le tourisme est l’un des piliers de l’économie espagnole. En 2017, l’Espagne a reçu près de 82 millions de touristes internationaux qui ont dépensé 60 milliards d’euros dans le pays. En 2016, pour la première fois, la capacité d’accueil des « pisos turisticos » – les logements touristiques (362.000 lits) a dépassé l’offre hôtelière traditionnelle (330.000 lits).

Le locatif touristique contre l’intérêt des populations locales

L’apparition des plate-formes de réservation de locations de courte durée sur internet (à partir de 2010 pour Airbnb en Espagne) a généré une multiplication exponentielle des « pisos turisticos ».

Barcelone est passée de 40 offres Airbnb (logements entiers – logements partagés – chambres seules) disponibles en 2010 à près de 5.000 en 2014 et 24.000 en 2017 ! Madrid a suivi le même rythme avec une année de décalage : 6.000 en 2015, 20.000 en 2017. Même dans les autres villes, l’offre Airbnb se multiplie : de 1.100 en 2014 à 7.000 en 2017 pour Valence, de 1.100 en 2014 à 5.400 en 2017 pour Séville, de 1.100 en 2015 à 3.400 en 2017 pour Palma de Majorque, de 700 en 2015 à 2.200 en 2017 pour Saint-Sébastien, de 500 en 2015 à 1.900 en 2017 pour Las Palmas, etc.

Evolution Airbnb 7 villes Espagne 2010 2017

A côté d’Airbnb, sont apparues des dizaines d’autres plateformes de locations touristiques, internationales (HomeAway, Windu, Flipkey, etc.), espagnoles ou même locales. La croissance de cette offre d’hébergement en Espagne est telle qu’aujourd’hui, les « pisos turisticos » ont une capacité d’accueil (en lits) supérieure aux hôtels et autres hébergements réglementés dans la majorité des villes espagnoles, en particulier à Barcelone, Malaga, Valence et Séville.

Capacité hôtelière et locatif touristique 2018

Comme beaucoup de start-up de l’économie du partage, Airbnb et les autres plateformes de locations se sont construites et développées dans un secteur où le cadre légal était obsolète. La prolifération continue des offres de logements touristiques génère de nombreux problèmes pour les municipalités, les hôteliers et les populations résidentes :

  • cette activité génère une inflation très élevée des prix de vente des logements dans les quartiers où l’offre en locations touristiques est importante (centres-villes et quartiers historiques)
  • elle réduit aussi l’offre disponible à la location dans les grandes villes pour les résidents qui sont alors obligés d’aller se loger en périphérie
  • elle dépeuple des quartiers historiques ou traditionnels, les propriétaires ne renouvelant pas les locations à l’année pour privilégier la location touristique
  • beaucoup de locataires (à l’année) sous-louent leur logement en période estivale sans l’accord des propriétaires
  • dans les quartiers où ces locations sont les plus nombreuses, les résidents se plaignent du bruit et du manque de civisme des locataires occasionnels
  • les revenus tirés par les propriétaires des locations touristiques de courte durée ne sont pas tous déclarés
  • les plateformes de réservation internationales payent peu ou pas du tout d’impôts dans les pays où elles commercialisent les biens locatifs
  • c’est un service d’hébergement qui ne paye pas de taxe de séjour
  • pour les hôteliers, c’est une concurrence déloyale

Face à l’ampleur prise par le phénomène des « pisos turisticos » et devant la grogne des professionnels hôteliers et des associations de résidents, les municipalités espagnoles ont haussé le ton et ont décidé les unes derrière les autres de prendre des mesures limitant et même réduisant ou interdisant cette activité dans certaines zones.

Petit tour d’horizon des villes espagnoles et de leurs actions pour encadrer l’activité des logements touristiques …

 

Barcelone

La capitale de la Catalogne a réagi le plus tôt : lors de l’été 2016, elle a imposé une sanction de 30.000 € à six plateformes de ce type, dont Homeway, Tripadvisor et Fotocasa. En novembre de la même année, Barcelone devient la première ville au monde à infliger une très lourde amende, 600.000 €, à Airbnb.

En mars 2017, la municipalité a approuvé un programme urbanistique spécifique pour les logements touristiques, le PEUAT (Plan Especial Urbanístico de Alojamientos Turísticos de Barcelona). Ce programme partage Barcelone en 4 zones : dans la zone 1, qui couvre une grande partie du centre historique, aucune nouvelle licence pour logement touristique ne peut être délivrée et les licences des logements qui cesseront leurs activités de location touristique ne seront pas renouvelées. Dans la zone 2, il y aura statu quo du nombre de licences (seules les licences annulées seront remplacées). Dans la zone 3, de nouvelles licences sont possibles ; mais pas actuellement car le nombre maximum de licences autorisées a été atteint, il faut donc, comme pour la zone 2, attendre que des licences cessent pour en obtenir. En zone 4 (zone très marginale en superficie), de nouvelles licences sont possibles.

Une meilleure collaboration entre les plateformes de réservation des logements touristiques et la municipalité de Barcelone est en cours : Airbnb, par exemple, vient d’annoncer qu’elle fournira les données des propriétaires aux services municipaux.

Plan Especial Urbanístico de Alojamientos Turísticos de Barcelona PEUAT

 

Madrid

Copiant l’exemple de Barcelone, la municipalité de Madrid élabore son programme urbanistique spécifique pour les logements touristiques, le « Plan Especial de Implantación de Uso de Hospedaje », qui devrait être approuvé avant la fin de l’année.

La capitale espagnole sera divisée, elle aussi, en 4 secteurs : la zone 1 qui couvre l’ensemble du district « Centro » avec une interdiction de nouvelles licences touristiques, la zone 2 qui comprend le reste du centre historique (Chamberí, Arganzuela, une partie des districts de Salamanca, Retiro et le quartier de Argüelles), la zone 3 qui couvre la zone autour de ce centre, et la zone 4 pour le reste de la ville.

Les propriétaires qui louent plus de 90 jours dans l’année devront avoir une licence spéciale qui sera semblable aux établissements hôteliers et para-hôteliers. En particulier, dans les zones 1 et 2, il sera exigé que le « piso turistico » ait un accès indépendant depuis la rue… ce qui signifierait l’interdiction de presque tous (95%) les logements touristiques professionnels (dont la durée de location annuelle est supérieure à 90 jours) dans les immeubles du centre de Madrid, y compris ceux existants !

Depuis janvier, la municipalité a interdit pour une durée d’un an la concession de nouvelles licences touristiques de plus de 90 jours dans le centre.

zone logements touristiques Madrid

 

Valence

Depuis quelques jours, la nouvelle loi « Ley de Turismo, Ocio y Hospitalidad » de la Generalitat Valenciana (Région de Valence) permet aux municipalités d’avoir le contrôle légal des logements touristiques. A partir de maintenant, les propriétaires de la région de Valence qui voudront avoir de nouvelles licences touristiques devront s’adresser à leur municipalité.

Mais déjà, depuis fin février 2018, la Mairie de Valence a interdit l’attribution de nouvelles licences touristiques dans la vieille ville (Ciutat Vella) jusqu’à la mise en place du nouveau Plan spécial de protection de la vieille ville, le « Plan Especial de Protección de Ciutat Vella ».

La Municipalité de Valence prépare aussi un amendement à sa Loi sur le Tourisme (Ley de Turismo) qui permettra de « récupérer le contrôle des logements touristiques dans la ville » en les limitant notamment aux appartements des rez-de-chaussée et des premiers étages des immeubles (à condition que le rez-de-chaussée n’ait pas un usage résidentiel). Avec cet amendement, les deux-tiers des logements touristiques actuels devraient être interdits à Valence.

Valence pisos turisticos

Les Valenciens manifestent contre les « pisos turisticos »

 

Palma de Majorque

Palma est l’une des municipalités espagnoles à avoir adopté des mesures drastiques contre les « pisos turisticos ».

A partir de juillet prochain, ils sera tout simplement interdit de louer un appartement d’immeuble à des fins touristiques ! Seules seront autorisées pour les locations touristiques les maisons individuelles : plus de 95% du locatif touristique de Palma disparaîtra alors.

Le gouvernement des Baléares a aussi mis en application la Loi sur la location touristique 6/2017, qui prévoit des amendes de 40.000 à 400.000 € pour les opérateurs qui annoncent des logements touristiques illégaux, et de 20.000 à 40.000 € pour les propriétaires.

Palma pisos turisticos

Sur les murs de Palma : « Pour l’interdiction des logements touristiques »

 

Saint-Sébastien

Fin mars, est entrée en vigueur l’ordonnance municipale réglementant l’utilisation urbaine des logements et chambres touristiques (Ordenanza reguladora del uso urbanístico de vivienda turística y alquiler de habitaciones en vivienda habitual para uso turístico).

Sur le modèle de Barcelone, cette ordonnance divise la ville en trois zones différentes. La Zone A, saturée, qui couvre la Vieille Ville et où plus aucune licence ne sera accordée. La zone B, avec forte demande, correspondant aux quartiers périphériques de la vieille ville, où les logements touristiques devront être au premier étage, ou tous les 6 étages. La zone C, le reste de la ville, où deux étages touristiques sont permis pour chaque partie de 6 étages.

L’ordonnance établit aussi les conditions d’habitabilité et d’occupation des logements, le nombre minimum de mètres carrés et définit les conditions d’information publique du début d’activité.

Saint Sebastien pisos turisticos

Les associations demandant la limitation des logements touristiques au Conseil municipal de Saint Sébastien

 

Bilbao

L’autre grande ville basque  a modifié en janvier le Plan général d’urbanisme (Plan General de Ordenación Urbana), dans le sens d’une limitation des appartements touristiques aux premiers étages des bâtiments. Dans les quartiers du centre, un seul logement ou chambre touristique sera autorisé par bâtiment.

 

Séville

Une ordonnance municipale, visant à limiter le nombre d’appartements touristiques qui prolifèrent dans les différents quartiers de Séville, sera préparée par les techniciens du Département de l’Urbanisme. Il s’agira d’une modification de la réglementation urbaine, qui imposera des règles strictes aux propriétaires des « pisos turisticos », qui concernera les surfaces et les étages de ces logements. On ne connaît pas encore les règles qui seront adoptées mais elles pourraient être similaires à celles de Valence.

La municipalité va aussi lancer une campagne citoyenne pour repérer les logements touristiques illégaux, mettre à disposition du public le fichier des logements touristiques légaux, informer la population et les touristes de leurs droits et de leurs devoirs, et faciliter les plaintes des habitants contre les nuisances causées par les occupants des « pisos turisticos ».

En matière fiscale, il est prévu pour l’année prochaine un impôt différencié sur les activités de logements touristiques.

 

Malaga

Sous la pression des professionnels hôteliers, des syndics immobiliers et de la population, le Conseil municipal de Malaga est en plein débat sur le sujet des logements touristiques. Certains pensent que c’est au gouvernement central espagnol de régler le problème en instituant une fiscalité directe sur les appartements touristique, un IBIT (Impôt sur les Biens Immobiliers Touristiques). D’autres souhaitent plus de contrôles et des sanctions contre les opérateurs des plate-formes de réservation de locations par internet. D’autres encore un moratoire sur ces activités.

Il est déjà trop tard pour imaginer des mesures pour cet été, mais il est certain que ce sujet sera prioritaire pour la municipalité de Malaga à partir de cet automne, et qu’il y aura une réglementation en 2019.

 

Quelles devraient être les conséquences de ces réglementations municipales ?

  • une baisse des prix les loyers et une stabilisation des prix d’achat de l’immobilier résidentiel dans les zones touristiques des grandes villes espagnoles ; on peut même envisager une baisse des prix de vente dans les zones où ils avaient flambé ces derniers mois comme le Centro à Madrid
  • une offre locative résidentielle plus importante disponible pour les habitants dans les quartiers touristiques, et donc le retour de la population locale et d’une vie de quartier
  • un renforcement des contrôles et une augmentation des recettes fiscales
  • un rééquilibrage des recettes touristiques vers les quartiers périphériques
  • une augmentation des taux d’occupation de l’hôtellerie traditionnelle
  • une diminution des nuisances dans les quartiers très touristiques
  • une collaboration accrue des plateformes de réservation avec les municipalités

 

Alors faut-il continuer à acheter en Espagne dans les grandes villes pour un investissement locatif ?

Notre conseil : oui, l’immobilier locatif  en Espagne est toujours rentable, mais oubliez le locatif touristique pour vous tourner vers le locatif résidentiel… qui est souvent aussi sinon plus rentable au final : selon les experts, le locatif touristique est plus rentable que le locatif résidentiel seulement si le taux d’occupation est supérieur à 70% !

Barcelone logements touristiques illégaux pisos turisticos

Annonce de la Municipalité de Barcelone contre les logements touristiques illégaux

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisitions immobilières en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez un mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou remplissez le formulaire ci-dessous

___________________________________