Archives du mot-clé reprise immobilière

2017, l’année du marché immobilier en Espagne

L’année 2017 sera encore meilleure que 2016 pour le marché immobilier en Espagne aussi bien à la vente qu’à la location.

Il manque encore quelques jours pour finir l’année 2016 qui s’est avérée être l’année du retour à la forte croissance du marché immobilier à la vente aussi bien qu’à la location, et ce dans tous les secteurs, commerce, bureaux et résidentiel. Et ce pour plusieurs raisons :

  • un retour à une croissance très élevée en Espagne (+3,2%)
  • des taux d’intérêt historiquement bas
  • des prix immobilier encore faibles en Espagne par rapport aux autres pays, et notamment quand on compare les prix dans les grandes villes espagnoles, Madrid et Barcelone, avec ceux pratiqués dans les capitales européennes
  • la forte croissance des investissements des grands investisseurs étrangers et de familles et de particuliers étrangers

Alors qu’en sera-t-il pour 2017 dans le domaine de l’immobilier résidentiel ?

Tout s’annonce bien et même au-delà : la confiance des ménages espagnols est au plus haut depuis 8 ans, les investisseurs étrangers (particuliers et fonds, en particulier américains) confirment leur volonté de continuer à acquérir des biens immobiliers en Espagne, les prévisions de croissance sont excellentes parmi les meilleures en Europe, les prix sont toujours à un niveau faible toujours inférieurs à ce qu’ils étaient en 2007, l’activité touristique devrait encore croître avec l’abandon des destinations nord-africaines et turques par les touristes européens, les taux d’intérêt resteront bas (même si on peut envisager une hausse de 0,5% sur l’année), les chefs d’entreprise du secteur recommencent à investir dans de nouveaux programmes de construction, etc

Géographiquement, la demande sera encore très importante et donc les prix plus élevés à Madrid, Barcelone, Malaga et les Baléares. D’autres villes qui ont un potentiel très important au vu de leur très faible niveau de prix devraient profiter de cette reprise, on peut citer Valladolid et Saragosse.

Nos hypothèses pour l’immobilier résidentiel espagnol en 2017 :

  • Hausse des prix à la vente et à la location de 5 à 15% selon les zones, les plus fortes hausses se situant dans les appartements rénovés du centre des grandes villes (Madrid et Barcelone), et les plus faibles en milieu rural dans l’intérieur
  • Les prix des biens de l’immobilier de luxe à Madrid et Barcelone (biens immobiliers dont la valeur est supérieure à 1 million €) augmenteront de plus de plus de 20% sous l’impulsion de la demande étrangère
  • Hausse de 25% du nombre de transactions immobilières à 600.000 unités
  • Le boom immobilier va s’étendre à d’autres zones que les grandes villes ou les îles
  • La construction immobilière touristique va repartir nettement à la hausse
  • Les banques espagnoles faciliteront à nouveau les accès aux hypothèques

espagne-paysage-immobilier-1

___________________________________

Avec plus de 20 ans d’expérience dans les procédures d’acquisition immobilière en Espagne, nous sommes à votre disposition pour vous assister pour toutes les démarches nécessaires depuis la recherche d’un bien jusqu’aux services offerts après l’acquisition, en passant par l’organisation des visites de biens, la vérification légale des biens, l’obtention d’un prêt immobilier, les procédures administratives et la signature des différents documents notariés.

N’hésitez pas à nous contacter !

Envoyez nous :

un mail à espagnimmo@yahoo.com 

ou un message privé sur notre page facebook espagnimmobilier

___________________________________

Publicités

Les News Immobilières de la Quinzaine (Nov. 2016 II)

Tous les 15 jours, nous vous présentons les informations les plus récentes sur l’Immobilier en Espagne.

Les achats immobiliers ont augmenté de 10,3% en septembre 2016

Selon le Conseil Général du Notariat espagnol (Consejo General del Notariado), le nombre de logements achetés a augmenté de 10,3% de septembre 2015 à septembre 2016, avec près de 35.000 unités. Bonne nouvelle pour les acheteurs, les prix au m2 ont diminué sur la même période de 3,5% à 1236 €.

Banco Popular prépare une société immobilière à 6 milliards € d’actifs

Banco Popular annonce pour mars 2017 la création d’une société immobilière (« Proyecto Sunrise ») d’une valeur de 6.000 millions d’euros en actifs immobiliers « improductifs », avec l’intention de l’introduire en bourse. 7 entités financières ont finalisé un pré-accord de financement du projet : Citigroup, Deutsche Bank, Crédit Suisse, Morgan Stanley et les fonds Apollo et Cerberus

Les soldes arrivent !

Sur la demande pressante de la Banque d’Espagne (voir La banque d’Espagne met la pression), les banques sont dans l’obligation de vendre chaque année 25% de leur parc immobilier actuel. Et cela entraîne des rabais importants qui devraient s’intensifier en 2017. Avec sa campagne Precios Boom!!, Haya Real Estate (qui regroupe 60.000 logements de Bankia, Cajamar et Sareb) annonce une remise de 40% sur 5300 logements jusqu’au 31 décembre. Casaktua (Banco Santander, Bankinter, Ibercaha, BMN) offre jusqu’à 70% de remise sur 2600 logements, avec un prix moyen de 67.000 €.

Une tornade d’acquisitions immobilières en 24 H !

Les investisseurs accélèrent dans le secteur immobilier espagnol en cette période de fin d’année. Cela explique les quatre opérations qui ont été signées en 24 heures et qui représentent un investissement total de plus de 800 millions d’euros : 6 centres commerciaux outlets achetés par la joint venture hispano-américaine Neinver/Tiaa, mais aussi un ensemble immobilier à Barcelone acquis par le fonds Invesco,  un immeuble de bureaux de Madrid par la socimi Axiare et un autre immeuble de Madrid par le family offices Alcazar.

Aucun risque de bulle immobilière selon les experts immobiliers espagnols

L’Association Professionnelle des Experts immobiliers (APEI) prévoit une nouvelle augmentation des prix en 2017 sans aucun risque de bulle immobilière. La demande en logements reste à un niveau très élevée et les faibles taux d’intérêts favorisent les achats, les mensualités de remboursement étant plus faibles que les prix des locations.

News de la 1ère quinzaine de Novembre 2016 : news-immobilieres-nov-2016-1

News de la 2nde quinzaine d’Octobre 2016 : news-immobilieres-oct-2016-2

revue-de-presse-immobilier-en-espagne

« Les prix de l’immobilier en Espagne augmenteront de 6% par an au moins jusqu’en 2019 » selon Knight Frank

Il est temps d’investir dans l’immobilier en Espagne : Knight Frank, l’une des 5 plus grandes sociétés de services immobiliers en Europe, affirme que les prix de l’immobilier continueront à augmenter en Espagne à un rythme annuel de 6% au moins jusqu’en 2019 !

Selon Knight Frank , c’est une hausse induite par la reprise économique en Espagne et une forte demande de tous les actifs immobiliers, logements, bureaux, commerces …

Madrid et Barcelone sont parmi les 20 villes de résidence préférées des grandes fortunes et des cadres. La capitale espagnole est même devenue la septième agglomération de la planète où les étrangers investissent le plus en immobilier avec 5 milliards € investis cette année, dépassant des villes comme Berlin ou Singapour.

La reprise s’est amorcée à la fin de l’année 2013 avec l’arrivée d’investisseurs internationaux spécialisés dans les marchés immobiliers, comme les fonds d’inversion et les SOCIMI (sociétés anonymes cotées d’investissement immobilier) attirés par des rentabilités plus attractives que dans d’autres pays européens.

N’oublions pas, d’une part, que les prix actuels sont encore inférieurs de 30 à 35% à ce qu’ils étaient au plus haut niveau du boom immobilier et, d’autre part, que Madrid et Barcelone ont plus grande offre immobilière disponible que d’autres grandes villes européennes.

reprise-de-limmobilier-en-espagne

La reprise immobilière en Espagne est là et elle est forte

Les achats immobiliers des étrangers en Espagne ont augmenté de 20% au premier semestre 2016

Selon le Consejo General del Notariado (Conseil général du notariat espagnol), les achats immobiliers en Espagne des étrangers ont augmenté de 20% au premier semestre 2016, atteignant 43.519 unités. La moitié de ces transactions sont réalisées par des étrangers non résidents.

Par nationalité, les principaux acheteurs sont :

  • les Britanniques (8.282 acquisitions au 1er semestre ; 19,0% des achats étrangers)
  • les Français (3.479 ; 8,0%)
  • les Allemands (3.413 ; 7,8%)
  • les Italiens (2.815 ; 6,5%)
  • les Suédois (2.579 ; 5,9%)
  • les Roumains (2.501 ; 5,7%)
  • les Belges (2.420 ; 5,6%)
  • les Marocains (2.061 ; 4,7%)
  • les Chinois (1.976 ; 4,5%)
  • les Russes (1.278 ; 2,9%)

Le prix moyen au m2 des achats réalisés par les étrangers a augmenté de 2,3% au 1er semestre. Cette augmentation provient essentiellement des étrangers non résidents (+4,3%), le prix moyen au m2 pour les étrangers résidents étant resté stable (+0,5%).

Les étrangers acquérant du haut de gamme sont ceux qui paieront le plus au m2 : ce sont les Suisses (2679 €/m2) devant les Américains (2178 €/m2),les Danois (2145 €/m2) et les Russes (2046 €/m2). Ceux qui paieront le moins sont les Marocains (760 €/m2) devant les Roumains (839 €) et les Equatoriens (971 €) : à noter que dans ces 3 nationalités, il s’agit en quasi-totalité d’étrangers résidents en Espagne.

Les prix les plus élevés sont enregistrés aux Baléares (2778 €/m2) loin devant le Pays Basque (1867 €), la Catalogne (1824 €) et la Communauté de Madrid (1809 €). Les moins élevés sont en Castilla La Mancha (640 €), dans La Rioja (682 €), en Extremadura (741 €) et en Castilla y Leon (760 €) et en Aragon (781 €).

Source : Consejo General del Notariado

L’investissement immobilier en Espagne s’est redressé selon BNP Paribas

Il est temps pour vous d’investir dans l’immobilier en Espagne : selon une récente note de BNP Paribas, l’investissement immobilier s’est redressé en Espagne, tiré par les fonds nord-américains.

De janvier à septembre 2016, l’investissement direct en immobilier a progressé par rapport à 2015 (7,4 milliards d’euros en 2016, contre 7,09 milliards d’euros l’année précédente). Fait notable, ce volume a été atteint en l’absence de grandes transactions depuis le début de l’année.

BNP Paribas Real Estate estime que l’investissement devrait atteindre 9,5 milliards d’euros en fin d’année.

La conjoncture actuelle sur les marchés de capitaux – liquidités importantes et faibles taux d’intérêt – fait de l’immobilier un produit de placement attractif. Cette tendance s’inscrit dans un contexte marqué par le passage en territoire négatif des obligations d’État allemandes et par les maigres rendements des obligations espagnoles. Une pression à la baisse continue donc à s’exercer sur les rendements.

Les commerces ont attiré 2,54 milliards d’investissements et les bureaux 2,4 milliards.
Comme l’année passée, le segment des commerces (2,54 milliards d’euros) s’est adjugé la plus large part de l’investissement (34 %) sur les neuf premiers mois de 2016. Sachant que l’activité économique est principalement tirée par les dépenses des ménages et la hausse constante des ventes au détail, il est logique que les investisseurs s’intéressent à ce type d’actifs.

Totalisant 2,4 milliards d’euros, l’investissement en bureaux représente environ 32 % du volume total. Le segment des bureaux se classe deuxième aux yeux des investisseurs, attirés par la diminution du taux de vacance et l’orientation à la hausse des loyers pour les nouveaux baux.

investissement-immobilier-espagne-2

L’investissement hôtelier continue à progresser. Après ses chiffres records de l’an passé, il a atteint 1 milliard d’euros au 3ème trimestre 2016. Cette tendance favorable s’explique par l’amélioration des indicateurs du tourisme (nombre de visiteurs, taux d’occupation, nuitées, hausse des dépenses par visiteur) et des performances hôtelières (recette moyenne journalière et revenu par chambre disponible).

Principaux investisseurs sur le marché, les fonds ont été les plus actifs, générant 50 % de l’investissement total. Parmi eux, on trouve un grand nombre de fonds nord-américains qui se positionnent sur le segment des commerces.

En 2016, les prix des logements en Espagne ont augmenté de 5,5% et le nombre de transactions de 9% !

En 2016, le nombre de logements vendus en Espagne va croître de plus de 9%, pour atteindre 419.000 opérations, tandis que les prix dans le secteur augmenteront de 5,5%, confirmant la reprise du marché du secteur immobilier en Espagne.

Anticipa Real Estate, une société spécialisée dans l’immobilier, a présenté lors du salon « Barcelona Meeting Point » une étude sur les perspectives du marché immobilier espagnol à horizon de 2018.

La croissance de l’activité immobilière est due au retour de la confiance des consommateurs, à la reprise de l’emploi et donc du revenu réel disponible des ménages, et à des taux d’intérêt avantageux.

En 2018 le nombre de transactions immobilières en Espagne devrait atteindre 480.000 unités, au-dessus des 454.000 transactions attendues pour 2017 et 419.000 en 2016. Nous sommes encore très loin de la période 2004-2006 où le nombre de transactions annuelles dépassaient les 800.000 !

En ce qui concerne les prix, les prévisions indiquent une augmentation de 5,5% pour cette année et une hausse de 6,8% en 2017. C’est donc la poursuite de la phase de récupération qui a commencé en 2014.

Avec ces augmentations prévues pour 2016 et 2017, l’augmentation cumulative depuis 2013 atteindrait environ 20%. Rappelons que les prix avaient baissé de près de 45% entre 2007 et 2013.

L’augmentation des prix, pour l’instant circonscrites aux grandes villes (Barcelone, Madrid) devraient s’étendre à tout le territoire espagnol.

Selon les auteurs de l’étude, la reprise est durable.

Pourquoi investir dans l’immobilier en Espagne ?

En 2008, l’éclatement de la bulle immobilière en Espagne a plongé le secteur dans une crise sans précédent : forte baisse du volume des transactions, chute des prix… Depuis environ trois ans, le secteur est en pleine phase de redressement, ce qui ouvre la porte à de nombreuses opportunités d’investissement. La preuve : Les Français, Belges et Suisses achètent chaque année en Espagne près de 10.000 maisons ou appartement à titre de résidence principale, résidence secondaire ou à titre locatif.

Un très bon cadre de vie

On ne le dira jamais assez mais avec la baisse des taux de crédits immobiliers, c’est le moment ou jamais pour accéder à la propriété. Investir dans l’immobilier espagnol, pourquoi pas ? Le pays offre déjà plusieurs avantages dont la proximité avec les pays francophones qui joue pleinement en sa faveur. C’est ainsi l’endroit idéal pour implanter sa résidence secondaire. A 2 heures de vol en moyenne, on profite d’un bon climat méditerranéen. Pour une résidence principale, sachez que l’Espagne attire également bon nombre de ressortissants francophones. En effet, le coût de la vie y est moins cher. Un salarié français ou belge y disposerait d’un pouvoir d’achat de 30 à 50% supérieur qu’en France, un salarié suisse de 100% supérieur ! Côté prix, même si une certaine hausse a été enregistrée depuis 2013, ils restent assez abordables. Ceux qui veulent investir en Espagne maintenant risquent de faire des bonnes affaires. En exemple, à Madrid, le prix moyen du m² tourne autour des 3 000 euros seulement.

Quid d’un investissement locatif en Espagne

Dans l’étude annuelle European Regional Economic Growth Index, réalisée par LaSalle Investment Management, l’Espagne se retrouve en bonne position. Madrid et Barcelone font partie des villes où il serait judicieux d’investir. Si le marché immobilier madrilène porte encore les séquelles de la crise immobilière, elle a connu en 2015 une hausse de 25 % du nombre de ventes par rapport au volume moyen des 10 dernières années. Selon les experts, les investisseurs peuvent espérer entre 2 % et 3 % de rendement pour l’immobilier haut de gamme, et des plus-values potentielles à 3-5 ans autour des 25 %. Idem pour Barcelone sauf que le prix moyen du m² y est beaucoup plus élevé : 3 300 euros. Le regain d’activités dans les deux villes optimise également la recherche des locataires. Un investissement locatif dans les autres villes d’Espagne n’est évidemment pas à exclure.

Et la fiscalité dans tout ça ?

La fiscalité, bien qu’elle ne soit pas particulièrement avantageuse, est loin d’être pénalisante, voire confiscatoire. En exemple, les droits de mutation sont de 6 à 8 % en fonction de la communauté autonome. Vous devrez également vous acquitter d’une taxe foncière variant entre 0,4 % et 1,1 % de la valeur locative du bien. Les loyers seront imposés aux taux de 19 %, toutefois, divers dispositifs permettent de le réduire et même de l’annuler : la déduction des amortissements annuels ou encore les frais d’entretien et de réparation. Sachez également qu’en cas de revente dans les vingt ans suivant l’achat, la plus-value réalisée est également taxée à 19%. Si vous en êtes redevable, le bien doit être déclaré à l’ISF et les loyers perçus à l’impôt sur le revenu.